Publications autour du Centenaire

Apologie du cannibalisme et autres textes, présentation par Vincent Gogibu, La Part commune, coll. La Petite Part, 2015.

Remy de Gourmont (1858-1915) se plaît à dissocier les idées. Sa méthode est infaillible. Elle ambitionne de déboulonner le solide échafaudage des idées préconçues, des clichés et de la pensée unique dans une volonté très socratique de réveiller les consciences et susciter la réflexion. L’Apologie du cannibalisme en est un exemple très frappant. Gourmont s’ingénie à cultiver les idées et le paradoxe. Romancier, poète, philosophe, penseur libre et critique, l’œuvre de Gourmont est aussi variée que volumineuse. Il emprunte à tous les genres littéraires et exerce sur ses contemporains, tant en France qu’à l’étranger, une pesante et salutaire influence. [Présentation de l’éditeur]

Apo cannib

Remy de Gourmont, Correspondance. Suppléments, édition réunie, annotée et préfacée par Vincent Gogibu, Éditions du Sandre, 2015.

Ce nouveau volume de « Suppléments » à la correspondance du «philosophe dansant» lève, avec 140 lettres inédites, une partie du voile sur ses relations avec Alfred Jarry, Octave Uzanne, Rubén Darío ou encore Guillaume Apollinaire. Les deux premiers tomes ont paru en 2010. [Présentation de l’éditeur]

couv tome III 001

Remy de Gourmont, Le Château singulier et autres textes rares, préface de Vincent Gogibu, Éditions de Paris Max Chaleil, 2015.

Poète sensuel et cérébral, conteur sensible et cruel, critique curieux et raffiné, Remy de Gourmont fut, à l’orée du XXe siècle, une conscience des lettres et un prince du style. À l’occasion du centenaire de sa mort, on redécouvre avec délices ce maître de la « dissociation des idées » qui ne s’enferma jamais dans une seule chapelle. Théoricien du symbolisme, Gourmont cultiva d’abord la bigarrure, et on œuvre emprunte des chemins qui doivent autant à la féérie qu’au macabre, à l’idée pure qu’à la raison chantournée. C’est ce que l’on goûtera, dans ce choix de textes rares et depuis longtemps introuvables où se mêlent contes fantastiques, proses mystiques et nouvelles à la teinte érotique et précieuse. [Présentation de l’éditeur]

couv-Le Château singulier_crop

Remy de Gourmont, Le téléphone a-t-il tant que cela augmenté notre bonheur ?, édition établie et préfacée par Vincent Gogibu, Grasset, Les Cahiers Rouges, 2015.

Cette anthologie, réalisée par l’éditeur de la correspondance générale de Gourmont, Vincent Gogibu, rassemble, rangées par thèmes, les idées de l’homme le plus intelligent de son temps sur tous les sujets, des plus antiques aux plus modernes. D’« Académie » (il s’en moque) à « Zola » (il e le mord), voici tous les trucs et tics fouettés par ce grand satiriste. Grand penseur, aussi. Celui dont son éditeur disait, à propos d’un génie du moment « Tout ça ne vaut pas deux lignes de Gourmont », n’a souvent pas besoin de plus de deux lignes pour exprimer une idée inattendue, et toujours valable, sur les arbres, l’argot, le catholicisme, les femmes, les jésuites, la liberté, l’orgueil, la politique, et puis Balzac, Mirbeau, Mallarmé, Diderot, Stendhal et tous les écrivains qu’il a aimés. Le téléphone a-t-il tant que cela augmenté notre bonheur ? est une visite d’idées inattendues, insolentes et rafraichissantes en nos temps de fanatisme renouvelé. Un exemple entre tant de son esprit ironique : « Un imbécile ne s’ennuie jamais : il se contemple. » [Présentation de l’éditeur]

Couv Grasset